Allergies printanières, intestin et perte de poids : les liaisons secrètes !

Publié le : 21/03/2013 17:30:48
Catégories : Digestion , Perte de graisse

C’est le printemps et avec lui les allergies printanières et leurs symptômes désagréables : nez bouché ou nez qui coule, crise d’éternuement, les yeux qui piquent ou brulent, sommeil perturbé… En résumé rien de bien sympathique. Votre alimentation a un impact positif ou négatif sur l’intensité de vos allergies. Faisons le point dans cet article.

Différentes formes d’allergies :

Il existe différentes formes d’allergies. Le terme allergie (appelée également hypersensibilité de type I) désigne une réaction anormale, excessive de l’organisme à un agent extérieur (allergène ou antigène) auquel il est particulièrement sensible. Lorsque l’agent sensibilisant est présent en permanence dans l’environnement, l’allergie est dite permanente. C’est le cas lors des allergies ou intolérances alimentaires, à la poussière, aux acariens. Dans le cas des pollens, mais aussi de certaines moisissures, le déclenchement des crises est en relation avec un calendrier précis, qui correspond à la présence de l’agent sensibilisant dans l’environnement ; l’allergie est alors dite saisonnière ou intermittente.

Systèmes digestifs et immunitaires

Lorsqu’on prend le temps de réfléchir un instant à notre corps on s’aperçoit qu’il existe de multiple passage permettant un échange constant ce que nous sommes avec notre environnement. Ainsi les pores de la peau, les narines, la bouche sont autant de portes d’entrée et de sortie dans notre organisme. C’est la raison pour laquelle nous possédons un système immunitaire extrêmement sophistiqué et complexe capable de filtrer comme à l’entrée d’une boite de nuit qui rentre, qui ne rentre pas et quand c’est nécessaire qui doit être évacué par la force!


Deux tiers du système immunitaire se trouvent dans le système digestif. Sa fonction principale est de faire la distinction entre ce qui fait partie du corps (le soi) et ce qui n’en fait pas partie (le non-soi) et de supprimer ce qui est étranger en déclenchant un assaut inflammatoire grâce à différents agents du système immunitaire. La nourriture est étrangère, mais notre système immunitaire a appris depuis notre naissance à la reconnaitre et à ne pas causer d’inflammation. C’est la raison pour laquelle les différentes étapes de la digestion sont si fondamentales. Elles vont conditionner grandement la tolérisation des cellules immunitaires, c’est-à-dire moduler leur seuil d’activation. On parle de "tolérisation".


Cependant cette tolérisation peut être diminuée lorsque plusieurs facteurs s’additionnent : une consommation régulière et prolongée d’aliments inflammatoires, un stress chronique, une infection (rhume, grippe, etc), un médicament, des prédispositions génétiques ou des agents environnementaux (pollen).


Pour faire barrière, notre intestin possède des cellules intestinales qui sont serrées les unes contre les autres. Il existe régulièrement dans cette muraille de cellule des “portes” comme dans les remparts d'une cité avec des gardiens (les desmosomes). Derrière ces portes et ses gardiens se trouvent des cellules de votre système immunitaire.

En cas de stress chronique, certaines cellules intestinales (ou issue de notre alimentation, comme le gluten) créent de l’inflammation au niveau de la barrière intestinale ce qui à la longue entrouvre les portes (action sur les desmosomes) permettant dans un premier temps aux cellules du système immunitaire qui se trouve dessous d’accéder directement aux particules alimentaires.

Le système de tolérisation est dépassé et le système immunitaire crée des anticorps contre les aliments qu’il traite comme des corps étrangers. Il libère encore plus de composants inflammatoires pour les détruire.
C’est un cercle vicieux : plus il y a de composants inflammatoires, plus il y a de cellules immunitaires, plus il y a d’espaces entre les cellules de la barrière intestinale. C’est ce que l’on appelle l’hyperperméabilité intestinale.

Allergie printanière, intestin et perte de poids : le lien

À cause de l’alimentation que nous consommons et que nous digérons mal, de l’eau que nous buvons, du stress social et professionnel que nous subissons ou que nous imposons à notre intestin (sport intensif), il devient rare de rencontrer des personnes dont le système digestif fonctionne correctement. Ce qui aboutit à un état inflammatoire chronique souvent de faibles magnitudes, mais constante (on dit aussi à bas bruit).

Cette inflammation chronique est accompagnée d’un œdème, qui n’est plus ni moins que la rétention d’eau, au niveau de l’abdomen. L’ensemble de l’organisme fonctionne moins bien, car le corps absorbe moins bien les nutriments ce qui perturbe le fonctionnement hormonal et peut augmenter les fringales, favoriser le stockage des graisses, favoriser la résistance à l’insuline et à la leptine. Bref rien de bon pour votre esthétique corporelle, votre santé et vos performances physiques.

Au printemps les plantes (arbres et fleures) libèrent leurs pollens pour favoriser leur reproduction. On distingue classiquement trois grandes périodes polliniques :

  • La première est celle des pollens d’arbres : cyprès, genévriers, bouleaux, aulnes, noisetiers, platanes, frênes…
  • Puis, avec l’été, arrive la grande saison des pollens de graminées, fourragères (la phléole, le dactyle, l’ivraie, la fétuque et la houlque laineuse) et céréalières.
  • Suit la saison des herbacées : les composées comme l’ambroisie, les urticacées comme la pariétaire, et d’autres plantes comme l’armoise, le plantain…

le nombre de personnes souffrant de rhinite allergique (allergies printanières) ne fait que croitre depuis les 30 dernières années.
Les allergènes peuvent présenter des similitudes de composition ou de structure. L’organisme sensible à un allergène donné peut alors développer une réaction allergique à d’autres allergènes ayant une structure ressemblante : c’est l’allergie croisée.

Les allergies croisées entre pollens et fruits ou légumes sont les plus fréquentes, par exemple l'allergie aux pollens de bouleau et aux pommes ou aux fruits à noyau, l'allergie aux pollens armoise/ambroisie et au céleri ou aux épices ou encore l'allergie aux pollens de graminées et à la tomate ou à la pomme de terre.
On considère que les personnes allergiques aux pollens présentent deux à trois fois plus fréquemment une intolérance alimentaire que la population générale. Le plus souvent, c'est l'allergie aux pollens qui se manifeste en premier.

Généralement décalées dans le temps, les allergies croisées sont cependant imprévisibles. La réaction à l'allergie croisée se manifeste souvent de manière bénigne par des picotements dans la bouche et la gorge lors de la consommation d’un aliment proche du pollen auquel vous êtes allergique, et passe souvent inaperçue. Les symptômes peuvent néanmoins être plus sévères : oedème, conjonctivite, rhinite, asthme, etc.

Que faire?

Comme nous le voyons dans le tableau ci-dessus, les allergies croisées sont multiples et peuvent commencer dès le mois de janvier/février en fonction de votre région et sa pollinisation. Il devient donc fondamental une fois de plus d’agir sur les éléments que vous pouvez influencer notamment votre digestion (lire cet article), la santé de votre intestin, le calme et la santé de votre système immunitaire.


CTS Nutrition vous aide à agir sur tous ces facteurs cependant voici quelques conseils fondamentaux :
Les probiotiques en un améliorant la qualité de la flore intestinale et l’état de la barrière intestinale améliorent la qualité de vie et une diminue les symptômes des rhinites .

La quercétine présente notamment dans les oignons et le Sarrasin et l’acide rosmarinique (présent dans les espèces de la famille des Lamiacea tel que le romarin, sauge, sarriette ou encore mélisse) sont documentés pour leurs propriétés antihistaminiques et anti-inflammatoires. La consommation de ces molécules permet de diminuer les symptômes et d’améliorer les paramètres immunitaires. En pratique, consommez des oignons rouges (les plus riches quercétine), et utilisez de l’huile essentielle de romarin (2 gouttes dans votre vinaigrette de salade) ou encore de la poudre de romarin, régulièrement chaque semaine pendant les périodes à risque d’allergie.

La vitamine D et acides gras Oméga 3 aident à réguler l’activité du système immunitaire en modulant la réponse inflammatoire, ce qui permet d’augmenter le seuil de tolérisation.

Le magnésium sous forme de glycinate ou de malate permet également de moduler la réponse inflammatoire et l’activité de l’ensemble des cellules. 400 à 800 Mg par jour sont parfaitement tolérés (fractionner les prises en 3 ou 4 afin d’augmenter l’assimilation et l’action) en complément d’une alimentation déjà bien choisi et à haute densité micro nutritionnelle.(voir CTS Nutrition)

En matière d’allergie et d’intolérance, nous avons vu que c’était très souvent une question de dose (la tolérisation). En période d’allergie (hivernale, printanière ou estivale en fonction du type de pollen auquel vous êtes allergique) il convient d’éviter de consommer trop d’aliments dont la composition est proche du pollen auquel vous êtes allergiques (voir les tableaux ci-dessus et celui-ci dessous).

Enfin augmenter le principe de rotation alimentaire que je suggère dans CTS Nutrition afin de diminuer le contact avec des aliments qui peuvent potentiellement générer une intolérance tout en augmentant le risque de dépassement de la tolérisation immunitaire.

Pour aller plus loin:

CTS SANTÉ et NUTRITION vous permet de reprendre le contrôle de votre santé et de votre alimentation de façon simple grâce à l’application de principes scientifiquement prouvés. En vous aidant à changer progressivement vos habitudes et comportements, ce livre vous permettra de perdre de la graisse, gagner du muscle, maintenir ou regagner une super énergie et santé, augmenter vos performances et votre confiance en vous. Vous découvrirez les synergies d'huiles essentielles ou les compléments alimentaires spécifiques pour venir à bout de l’anxiété et de la fatigue chronique tout en augmentant votre santé et vos performances.

Ceux et celles qui veulent s’entrainer, se gainer et se muscler intelligemment chez eux ou en déplacement, mais en limitant le risque de blessure peuvent s’orienter vers mes programmes CTS Musculation esthétique et performance volume 1 et 2 le matériel nécessaire sous différent pack.

 

Ceux et celles qui souffrent de douleur chronique trouveront des solutions validées par des milliers de lecteurs dans mon livre un corps sans douleur disponible sur la boutique.

ATTENTION: les programmes de cet article et de mes livres ont été élaborés et testés avec le matériel et les bandes élastiques vendus sur cette boutique. L’efficacité du programme est basée sur leur utilisation. IL EST DANGEREUX D’UTILISER DES ÉLASTIQUES ET DES SANGLES DE SUSPENSION BAS DE GAMME.

Bon entrainement

Christophe Carrio

Cet article est protégé par le droit d’auteur institué au Livre I du code de la propriété intellectuelle. Tout ou parti de cet article ne peut être utilisé sans le consentement écris de son auteur

Articles en relation

Partager ce contenu


Nutripure.fr