AIL, OIGNON : aliments pour une meilleure santé et la perte de graisse

Publié le : 06/02/2014 18:21:36
Catégories : Digestion , Esthétisme , Nutrition , Perte de graisse , Recettes

L’ail, l’oignon et l’échalote sont consommés depuis la nuit des temps pour leurs vertus à préserver la santé où à la retrouver. Nos ancêtres paléo les consommés cru, Hippocrate le médecin de la Grèce antique les prescrivez à tour de bras. Aujourd’hui cette famille de légumes est souvent boudée à cause de leur effet sur l’haleine ! Grave erreur pour votre santé, voici pourquoi.


Ail, oignon, échalotes : des aliments soigneurs en résumé :

La famille des liliacées regroupe l’ail, l’ail des ours, l’oignon, l’échalote, la ciboulette, le poireau, l’asperge… mais aussi la tulipe, le muguet, le narcisse !
Cette famille contient de façon plus ou moins marquée des composés soufrés responsables des odeurs qu’ils communiquent à l’haleine. Leurs intérêts pour la santé sont malgré tout fondamentaux.

  • Ils possèdent une action détoxifiante et protectrice puissante sur l’organisme.

  • Ils ont une action marquée contre l’hypertension.

  • Ils réduisent le risque de maladie cardio-vasculaire de façon importante.

  • L’ail est un antibiotique naturel capable d’agir sur de nombreux virus, bactéries et champignons nocifs pour notre organisme.

  • L’ail, l’oignon et l’échalote inhibent la croissance de cellule cancéreuse.

  • L’oignon et l’ail empêchent la formation de nouvelles cellules graisseuses et favorisent la perte de graisse corporelle.

Ail, oignon, échalotes leurs vertus médicales en détail :

L’ail et l’oignon sont l’une des meilleures sources alimentaires de sélénium, antioxydant majeur, qui contre les effets du vieillissement. Comme ils sont alcalinisant et fluidifiant, ils préservent la santé des fascias et les tissus. 

L’oignon et l’ail agissent favorablement sur l’ensemble du métabolisme et contribuent notamment à la bonne santé du sang. D’une part, leurs composés soufrés comme l’allicine mais surtout la quercitine aident le foie dans son travail d’épuration du sang et l’action de l’ajoène (un dérivé de l’allicine) réduit la formation de caillots susceptibles de boucher les veines et les artères en fluidifiant le sang, ce qui diminue le risque d’infarctus (crise cardiaque).

L’ail, d’autre part, diminue le taux de mauvais cholestérol et celui des triglycérides. Sa capacité à baisser la tension artérielle des hypertendus (d’environ 10 %) a aussi été démontrée. Mais pour bénéficier pleinement de ces bienfaits, il faut en consommer au moins 1 à 2 gousses crues ou bien 3 à 5 gousses cuites.
 
L’oignon possède ces mêmes qualités, mais avec une moindre efficacité. Cependant il est plus facile de consommer de grandes quantités d’oignons (sous forme de tartes, en accompagnement ou en rondelles finement tranchées dans les salades) que de manger autant de gousses d’ail !

Les qualités antimicrobiennes, bactéricides de l’ail et de l’oignon contribuent à assainir toute la sphère intestinale en rééquilibrant la flore intestinale, mais aussi buccale en s’opposant au développement de mauvaises bactéries et champignon (notamment le candida albicans).

L’ail est également utile en cas d’asthme, mais aussi d’allergie, car il agit comme un antihistaminique, c’est-à-dire qu’il inhibe la libération de l’histamine, responsable des symptômes allergiques. 

L’ail, l’oignon et l’échalote protègent de la prolifération des cellules cancéreuses par inhibition de leur croissance et sont donc anticancer notamment grâce à la quercétine, une molécule aux vertus antioxydantes et surtout modulatrices des gènes. En effet, de la même façon qu’un programme informatique dans un ordinateur, nos gènes ne s’expriment que lorsqu’on les met en route (phénomène épigénétique). La quercitine comme d’autres molécules de notre alimentation agit en bloquant le programme « cancer » de nos cellules, puisqu’elle inhibe la multiplication des cellules cancéreuses. L’oignon rouge est l’aliment qui en contient le plus.

Vous comprendrez surement pourquoi je les intègres toute l’année dans mon alimentation et dans les recettes de CTS Nutrition.

Ail, oignon, échalotes leurs vertus sur la perte de graisse et l’esthétisme corporel :


L’oignon est riche en potassium, qui fait de lui un excellent diurétique, pour combattre la rétention d’eau et la cellulite. On trouve aussi dans l’oignon du disulfure d’allyle et de propyle dont l’action spécifique s’oppose à une élévation excessive de sucre dans le sang en d’autre l’oignon aide à stabiliser votre glycémie, idéal lorsqu’on souhaite garder un poids stable ou perdre de la graisse. La quercitine, dont nous avons parlé, agit également sur des gènes dont dépend la synthèse de l’insuline (dont le manque provoque le diabète).


L’ail, l’oignon et l’échalote contiennent des concentrations élevées de fructosanes, des sucres complexes qui, en constituant la réserve énergétique de la plante, nous permettent aussi de la conserver pendant plusieurs mois. Les fructosanes ont pour effet d’équilibrer la flore intestinale en arbitrant la lutte entre les bonnes et les mauvaises bactéries. Ce sont ces fructosanes qui permettent d’obtenir, quand on fait revenir ces légumes à la poêle, ce rendu caramélisé très agréable. C’est également leur présence qui rend parfois leur digestion difficile (gaz) mais là encore tout est question de dosage et de progressivité.


L’oignon grâce à sa haute concentration en quercitine sous la forme la mieux assimilée par le corps empêche l’apparition de nouvelles cellules grasses en bloquant l’activité des gènes qui en sont responsables. De plus la quercitine aide à mieux bruler les graisses toujours avec une action au niveau de nos gènes (épigénétique).

L’ail n’est pas en reste en matière de perte de graisse puisqu’on a identifié une molécule (la vinyldithiine), essentiellement contenue dans les préparations d’ail macéré dans l’huile, inhiberait la transformation des préadipocytes en adipocytes, des cellules qui peuvent se transformer en cellules graisseuses et donc contribuer à nous faire grossir. Chez les personnes en surpoids, la vinyldithiine atténue également l’état inflammatoire chronique qui auto entretient le développement du tissu adipeux.

Ail, oignon, échalotes : quand et comment les consommer et éviter une haleine trop forte ?

L’ail et l’oignon ne sont pas consommés à cause de leur odeur forte et des vapeurs d’après-repas. Mais on peut en retirer les bénéfices avec ces quelques astuces : 

  • Avant tout, il faut retirer le germe qui se trouve à l’intérieur de chaque gousse d’ail. Cela facilitera la digestion et les odeurs.
  • Mâcher quelques brins de persil ou des feuilles de menthe fraîche à la fin du repas neutralise également un peu les odeurs. Mais se brosser les dents, même avec un dentifrice très mentholé, ne camoufle hélas pas les émanations.
  • On peut consommer l’ail le soir (désolé pour votre compagne ou votre compagnon) les effluves auront disparus au matin.
  • L’oignon a une odeur moins forte et pourra être consommé le midi en salade ou fondue à la poêle pour accompagner un blanc de poulet cuisiné façon asiatique par exemple.
  • L’ail et l’oignon pourront être également incorporés aux soupes maison et poseront ainsi moins de problèmes d’odeur (attention au problème de ballonnement si vous mettez déjà un poireaux qui fait partie de la même famille et qui apporte lui aussi des fructosanes pouvant dépasser la capacité digestive de votre flore intestinale et donc fermenter).
  • Pour une consommation crue, l’ail et l’oignon coupé seront préalablement mis à macérer dans un mélange huile d’olive ou de lin et acide (citron, vinaigre,) pendant au moins 30 minutes (voir plus).
  • Enfin, le fait d’ajouter une pincée de sucre complet et une pointe de couteau de bicarbonate les rend parfaitement supportables au niveau digestif en diminuant les fermentations.


Une recette paléo que j’adore faire et qui n’est pas dans mon livre CTS Nutrition: le poulet sauté à l’oignon et poivron

cts nutrition-recette poulet - carrio


Pour 4 personnes ou 4 portions
4 blancs de poulet bio 
1 poivron rouge
1 poivron vert ou jaune
3 cuillères soupe de sauce de soja ou d’amino coco (pour être plus paléo)
1 cuillère à café de miel
1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Coupez en morceaux les blancs de poulet et faites les mariner dans la moitié de l’amino coco ou de la sauce soja.
Émincez les oignons, les poivrons et faites-les revenir dans un wok ou une poile avec l’huile d’olive. D’abord les oignons pendant 1 à 2 minutes en remuant puis les poivrons pendant encore 2 min. ajoutez le poulet et remuer pour cuire les morceaux de poulets rapidement ajoutez le reste de la sauce et le miel et continuez à bien remuer pendant 1 à 2 minutes. C’est prêt !
Servir avec une salade verte arrosée du macérât d’ail/ huile d’olive /vinaigre balsamique (voir plus haut).

Pour retrouver d’autres astuces et recettes pour votre santé vos performances et votre esthétisme je vous suggère la lecture de CTS Nutrition, disponible uniquement sur ma boutique. Un véritable système pour changer vos habitudes alimentaires.

Pour aller plus loin:

Dans la jungle de l’information et de la désinformation autour de notre alimentation, CTS NUTRITION vous permet de reprendre le contrôle de votre alimentation de façon simple grâce à l’application de 10 habitudes essentielles et de retrouver la santé. Basé sur une alimentation sans gluten, sans ou avec très peu de laitage, orienté paléo, ce livre à la fois simple , très pratique, mais avec une solide base scientifique moderne, avec plus de 30 recettes, remplace 5 à 6 consultations chez un diététicien ou un nutritionniste pour ceux et celles qui veulent se prendre en main. Tout un chapitre du livre propose une individualisation de leur alimentation en fonction d’objectifs ou d’état de santé particulier. Une grande partie est consacrée à l’amélioration de la digestion, fondamentale pour rester en bonne santé.

Ceux et celles qui veulent s’entrainer, se gainer et se muscler intelligemment chez eux ou en déplacement, mais en limitant le risque de blessure peuvent s’orienter vers mes programmes CTS Musculation esthétique et performance volume 1 et 2 le matériel nécessaire sous différent pack.

 

Ceux et celles qui souffrent de douleur chronique trouveront des solutions validées par des milliers de lecteurs dans mon livre un corps sans douleur disponible sur la boutique.

ATTENTION: les programmes de cet article et de mes livres ont été élaborés et testés avec le matériel et les bandes élastiques vendus sur cette boutique. L’efficacité du programme est basée sur leur utilisation. IL EST DANGEREUX D’UTILISER DES ÉLASTIQUES ET DES SANGLES DE SUSPENSION BAS DE GAMME.

Bon entrainement

Christophe Carrio

Cet article est protégé par le droit d’auteur institué au Livre I du code de la propriété intellectuelle. Tout ou parti de cet article ne peut être utilisé sans le consentement écris de son auteur

Articles en relation

Partager ce contenu